La chasse aux likes : L'envie 2.0

Notre besoin de reconnaissance sociale a toujours été présent. Selon Maslow, psychologue du 20e siècle, il s’agit du 4e besoin de l’Homme avant qu’il ne puisse s’accomplir. Aujourd’hui, cette envie de reconnaissance est exacerbée par les réseaux sociaux et est devenue le graal de notre société. L’outil de mesure ? Le nombre de followers sur les réseaux sociaux. Facebook, Twitter, Instagram, et bien d’autres, constituent aujourd’hui un magnifique terrain de jeu où la réalité frôle l’extravagance et les faux-semblants. Selon une étude menée par Kaspersky Lab en 2017 (société de cybersécurité), une personne sur 10 déformerait la réalité sur ses réseaux sociaux. Retouches, visuels volés, mise en scène, … tout est bon pour se promouvoir et satisfaire son amour-propre.

L’objectif ? Comptabiliser le plus de « like » afin d’attirer l’attention et prouver sa valeur

Sur ces nouvelles plateformes numériques, la notion d’envie se décline sous toutes ses facettes, entremêlant voyeurisme et exhibitionnisme. Ici, deux niveaux de lecture sont proposés. D’un côté l’envie insatiable d’être aimé,  reconnu par les autres et supérieur à la moyenne. Nous postons des photos et des stories sur les réseaux sociaux afin de sublimer notre réalité et d’étaler un bonheur, vrai ou faux. Quelle importance après tout ?

D’un autre côté, la convoitise de l’existence de l’autre. On veut ressembler à cette star qui a un corps parfait, posséder cet objet que nous n’avons pas, ou encore pouvoir aller sur cette île paradisiaque, vue (et évidemment likée), il y a 5 minutes sur notre feed Instagram.Ces deux envies se répondent et se complètent mêlant les « influenceurs » et les “influencés”.  

Notre place dans l’océan du paraître est alors défini par un nombre de likes et de commentaires. Dans un monde où on a envie d’être unique, on finit finalement par être tous semblables.